www.marocantics.com > Armes blanches d'apparat

Khanjars et koummiyas.

Khanjars et koummiyas.

Différents poigards de Meknès, Marrakech et Sud marocain.
Maroc - 18ème et 19ème siècles.


Khanjar.

Khanjar.

Poignard à lame courbe. Le fourreau est recouvert de deux manchons, en argent gravé de motifs floraux et étoiles à huit branches ( sceau de Salomon )
Lame à gouttière en acier et manche en corne de rhinocéros.
Meknés - 18ème siècle.


Khanjar ou koummiya .

Khanjar ou koummiya .

Poignard à large lame courbe à double gouttière , caractéristique du 18ème siècle.
Manche en corne blonde de rhinocéros. Fourreau en argent massif, ciselé à décor de polygones étoilés.
Cette arme rare était dénommée « Dfar sbâa » (griffe de lion )
Méknes - 18ème siècle.


Khanjar de Rissani.

Khanjar de Rissani.

Poignard à lame et fourreau plats. Le fourreau est en argent trés finement ciselé d'arabesques et dessins géométriques , et le manche en bois d'ebène avec pommeau et bague de serrage en argent.
Rissani ( Confins pré-sahariens ) - Fin 19ème siècle.


Koummiya

Koummiya

Poignard koummiya en argent repoussé et ciselé.
Bagues d'attache niellées et lame à gouttière traditionnelle.
Cordon en soie tressée rouge.
Maroc du Sud - Fin 19ème siècle.


 Koummiya dite " au chapeau de gendarme "

Koummiya dite " au chapeau de gendarme "

Poignard de type Koummiya de la région de Tagmout, Anti-Atlas.
Fourreau, poignée et pommeau recouverts d’argent niellé et ciselé sur l’avers, et de laiton estampé sur le revers de la pièce. La bague de serrage est émaillée. La forme particulière du pommeau a valu à ce modèle sa dénomination de « chapeau de gendarme » .
Cinq cabochons en argent de forme pyramidale ornent le
fourreau et le manche : la symbolique du chiffre 5 et de l'oeil
reflète des vertus prophylactiques et protectrices.
Sud marocain, Tagmout, 19ème siècle.


Khanjar ou koummiya d'offrande.

Khanjar ou koummiya d'offrande.

Poignard d’apparât, souvent d'offrande royale , fabrication traditionnelle de Meknès et Fes aux 18ème et 19ème siècles.
Fourreau en or massif, émaillé polychrome rouge, vert , bleu et blanc, incrusté d’émeraudes cabochons, émeraudes calibrées, rubis et saphirs.
Lame courbe avec damasquinage à l'or fin.
La poignée est en corne de rhinocéros, et le pommeau en or
incrusté de rubis et émeraudes calibrés.
Meknès - Fes, 19ème siècle.


Nimchas de parade.

Nimchas de parade.

Paire de sabres " nimchas "d'offrande ou de parade.
Fourreaux en or gravé émaillé polychrome. La garde et les quillons sont en acier damasquiné à l'or fin. Lame à gouttière en acier damasquiné, poignées en corne blonde de rhinocéros et bagues de serrage en or émaillé polychrome.
Les accessoires en soie brodée or comprennent bourses et baudriers de suspension.
Fés - Fin 19ème siècle.


Nimcha or.

Nimcha or.

Détail de la Nimcha émaillée.


Nimcha  -  Sabre de marine.

Nimcha - Sabre de marine.

Nimcha ( sabre) atypique dans le répertoire marocain. Il s’agit d’une pièce constituée d’une large lame à gouttière de provenance anglaise, portant en incrustation la couronne de l’empire britannique et la mention « VR » pour Victoria Regina. Le fourreau en argent estampé et motifs floraux"à la turque", a été visiblement réalisé sur mesure pour la lame, qui a été montée sur un manche traditionnel de nimcha en corne de rhinocéros.
Les quillons sont damasquinés à l'or fin.
Fin 18ème début 19ème siècles. Lame du 17ème siècle



Lame anglaise-Détail.

Lame anglaise-Détail.

Détail de la lame du sabre de marine précedent.


 Nimcha de parade .

Nimcha de parade .

Pièce constituée d’un fourreau en deux parties, sur bois recouvert de velours rouge. Le fourreau est en argent massif gravé d'un décor d’arabesques et portant les poinçons du 18ème siècle de la ville de Meknès. Le fourreau et la bague de serrage du manche en ivoire sont émaillés bleu roi. Lame à gouttière, damasquinée à l’or fin, de même que la garde et les quillons.
Baudrier en soie tissée avec des fils d’or ( technique du " sqalli" ), garni à l'une des extrémités d' une pièce rare en forme de « jemmour » ( sommet de minaret ) et d'un pompon en fils de soie rouge et or.
Meknès, fin 18ème - début 19ème siècles.