www.marocantics.com > Bijoux citadins de coiffe

Boucles de coiffe

Boucles de coiffe

Paire de boucles de suspension dite «khras lkbach» ( boucles de bélier ). Exemple typique de la production de l’orfèvrerie tétouanaise du 18ème siècle. Or émaillé, soutenant de lourdes boucles serties d’émeraudes et perles. Ces pièces étaient accrochées sur la coiffe à la hauteur des tempes.
Tétouan - 18ème siècle.


Diadème de mariage-Détail.

Diadème de mariage-Détail.

Diadème en or ajouré, portant en son centre une étoile à cinq branches ,sertie d'un cabochon d'émeraude et entourée de cinq rubis et d'une émeraude taillée.
Fabrication citadine - Milieu 20ème siècle.


Couronne de mariage

Couronne de mariage

Couronne de mariage ou « taj », de fabrication classique, utilisée exclusivement pour les cérémonies de présentation de la mariée. Or ajouré, incrusté d’émeraudes, rubis, saphirs, aigue-marines et diamants taillés en rose. La décoration du haut du taj est constituée principalement de deux colombes en vis à vis enserrant une couronne.

Fès - 19ème siècle


Frontal "Herraz"

Frontal "Herraz"

Frontal composé de sept plaques en or ajouré, cousues sur un bandeau en soie verte. Les plaques sont serties de différentes pierres précieuses ou de couleur et sont ornées de « foula d’khamsa » protectrices .lCordon d’attache en soie mauve.
Tétouan - 18ème siècle.


Diadème.

Diadème.

Petit diadème en or ajouré, serti de diamants taillés en rose.
Décor de colombes de part et d'autre de la pièce centrale.
Fabrication citadine - Milieu 20ème siècle.


Frontal "Khayt Errih"

Frontal "Khayt Errih"

Frontal dit « khayt Errih ».
Littéralement : fil du vent , apellation dûe à la légéreté de la pièce en fin or ajouré et pierres précieuses. Production dans tout le Maroc du Nord.
Début du 20ème siècle


Frontal "Chems ou Qmar".

Frontal "Chems ou Qmar".

« Asaba » ( frontal ), de facture typiquement andalouse, constituée de 7 pièces articulées, portant chacune un cabochon central soutenant des pièces « hassani ». L’ensemble des pièces en argent constitue probablement un apport tardif en remplacement des pièces d’or d’origine.
Le frontal porte les poinçons de contrôle « 1300 » de l’hégire ( 1885 ou 1886 ) Cette pièce peut être datée du 17ème ou début du 18ème siècle, les poinçons ayant été apposés postérieurement à la création du bijou.
Fès ou Tétouan.
Fin 17ème début 18ème siècles.